Rien ne va plus, le NaNoWriMo approche et vous commencez à vous demander comment réussir le défi, à comment éviter de vous rouler en boule dans un coin en vous disant que c’est trop difficile. Je vais vous donner quelques conseils pour vous aider à passer un bon NaNoWriMo.

Avant le NaNoWriMo

1) L’objectif des 50 000 mots

Tout d’abord, dites-vous que ce n’est pas grave si vous ne le réussissez pas. Je sais, c’est difficile. Pourtant, il y a un certain nombre de personnes qui n’arrivent pas jusqu’au bout. Le site du NaNoWriMo ne met pas en valeur ces nombres, mais pour vous donner une idée, en 2009 il y avait 165 000 participants et 30 000 ont réussi à franchir la ligne des 50 000 mots.

Est-ce que c’est grave de ne pas gagner ? Non. Vous n’avez pas besoin de payer pour participer, vous n’avez de compte à rendre à personne. Si pour une quelconque raison (pas de temps, imprévu dans votre vie, manque de courage, mauvaise estimation de votre débit d’écriture…) vous ne parvenez pas jusqu’au bout, dites-vous que le moindre mot écrit entre-temps est un mot que vous n’aviez pas écrit avant novembre.

Ce sera bien si vous arrivez jusqu’aux 50 000 mots… et le monde ne s’écroulera pas si vous n’y parvenez pas.

2) Organisez votre temps

Je lis souvent “J’aimerais participer au NaNoWriMo mais je ne sais pas si j’ai le temps.” S’il est impensable pour vous de vous lancer dans le défi sans être certain·e de le réussir, nous allons essayer d’estimer le temps que vous avez à votre disposition.

Pour cela, observez votre emploi du temps d’une semaine. Calculez quelles sont les heures que vous destinez à des choses obligatoires (exemples : le travail, manger, dormir, la famille, sortir le chien…), celles que vous destinez à des choses qui sont importantes mais auxquelles vous pouvez donner un peu moins de temps (exemples : lire, sortir avec des amis, se promener…) et celles que vous destinez à des choses dont vous pourrez vous passer sans problème durant un mois (exemples : jouer aux jeux vidéo, aller au cinéma, regarder une série…). Evidemment, ces occupations sont différentes selon les personnes.

Regardez combien de temps vous avez à disponibilité grâce au troisième groupe. Et n’oubliez pas que grâce au deuxième groupe, vous avez une idée du temps que vous pourrez débloquer si nécessaire. Vous pouvez aussi songer à vous lever plutôt ou à vous coucher plus tard.

Ensuite, faites une séance d’écriture intensive d’une heure ou d’une demi-heure. A la fin de cette séance, regardez le nombre de mots que vous avez écrits. Grâce à cette information, vous pourrez calculer le temps nécessaire pour arriver aux 50 000 mots. Et comme vous avez une idée du temps disponible en novembre, ça ne sera pas compliqué d’estimer ce dont vous avez besoin.

Mais rappelez-vous que ce n’est pas grave si vous n’arrivez pas jusqu’au bout !

3) Etudiez des techniques de planification

Il existe des techniques pour vous rendre très efficaces. Par exemple, le Pomodoro est très utilisé durant les séances d’écriture en groupe du NaNoWriMo.

4) Vous avez un smartphone ? Songez aux applications !

Certaines applications peuvent vous aider à garder un œil sur votre avancée. Personnellement, j’utilise Writeometer depuis l’année dernière. Il permet de mettre en place des séances d’écriture intensive (en s’inspirant justement du Pomodoro), de faire un suivi des objectifs d’écriture, et il y a même un widget à afficher sur l’écran. Vous pouvez aussi songer au Wrimo Companion qui se synchronise avec votre compte NaNoWriMo (je n’ai pas testé cette application). Ce sont toutes deux des applications Android.

Pour les utilisateurs de produits Apple, j’ai trouvé Chronical qui semble faire à peu près la même chose (je crois ?). Je n’ai pas de possibilité de tester donc je ne me base que sur les captures d’écran. Je ne sais pas ce que ça vaut.

Si vous cherchez quelques exercices d’écritures et sources d’inspirations pour vos séances, voici les applications créées par Literautas. Elles sont généralement disponibles sur Android et Apple.

Pour Windows, je n’ai pas trouvé d’application spécifiquement destinée au NaNoWriMo. Si vous en avez, n’hésitez pas à nous les faire découvrir en commentaire !

Hum... mais combien me reste-t-il de mots à écrire ?

Hum… mais combien me reste-t-il de mots à écrire ?

5) Jeux et exercices d’écriture

Si vous avez peur de ne pas avoir suffisamment d’inspiration et que vous n’avez pas de smartphone, il existe des petits jeux qui peuvent vous aider à trouver des idées. Vous avez les Story Cubes, le jeu de société Il était une fois, les Writing Maps, et je pense qu’il y a énormément de cahiers d’exercices d’écriture.

Il m’arrive aussi d’utiliser des tarots pour y trouver un peu d’inspiration.

6) Achetez des plats à réchauffer

C’est pour gagner du temps. Vous pouvez aussi vous acheter des bonbons et/ou des chocolats pour vous encourager.

Faites comme si je ne vous avais pas conseillé de manger n’importe quoi, merci.

7) coupez-vous les ongles

Mes ongles me gênent assez rapidement quand j’écris. Je les coupe avant de commencer le NaNoWriMo.

8) Prévenez vos proches

Il y a deux écoles. Vous avez le choix entre :

  • Convaincre la plupart de vos proches de participer, comme ça vous pourrez faire des séances d’écriture ensemble et tenter de vous encourager mutuellement.
  • Les prévenir que vous allez beaucoup écrire durant novembre, que vous les aimez toujours mais que vous les verrez moins. S’ils sont compréhensifs, ajoutez que vous ne serez pas contre un peu d’encouragement.

Vous aurez autre chose à faire que de vous prendre la tête avec eux durant le NaNoWriMo.

Vous pouvez aussi chercher l'inspiration dans les bibliothèques.

Vous pouvez aussi chercher l’inspiration dans les bibliothèques.

9) Imprimez le NaNoWriMo Word Counting Calendar de Dave Seah

Il est ici, il est beau, il m’accompagne tous les ans depuis 2013. Adoptez-le et remplissez les petites cases.

Durant le NaNoWriMo

Ce n’est pas tout ça, mais comment garder le rythme et avoir le teint presque frais (non, pardon le teint frais ça va être difficile) pendant le NaNoWriMo ?

1) Ne faites pas que le NaNoWriMo

Si vous ne faites que ça, si vous vous empêchez toute sortie, vous allez perdre patience et vous allez traîner des pieds. Ce n’est pas grave si vous levez le pied durant une soirée.

2) Faites une pause

Il est possible de ne pas écrire une journée, ou deux, ou trois, ou… Bref, vous l’aurez compris, il est parfois nécessaire de faire une pause.

Si je trouve que la pause est une bonne idée, sachez que plus elle sera longue, plus vous aurez du mal à reprendre votre texte. Une journée de pause, ça va. Une semaine, c’est vraiment risqué pour le NaNoWriMo.

Mais faites ce dont vous avez besoin !

3) Participez à des write-in

J’ai testé les write-in et je vous les conseille : ce sont les soirées durant lesquelles j’ai le plus écrit l’année dernière. Si vous avez l’occasion d’écrire en groupe, si cela vous aide de profiter de l’ambiance, n’hésitez pas. Essayez au moins une fois !

4) Attention à l’envie de recommencer

Il arrive qu’on ait envie de tout reprendre à zéro durant le NaNoWriMo (souvent à la deuxième semaine).

J’ai essayé. A votre place, j’éviterais. Il n’y a rien de pire pour couper votre envie d’écrire.

5) Sortez

Un petit souci de page désespérément blanche ? C’est le moment de sortir.

Promenez-vous, essayez un endroit que vous n’avez jamais vu. Qu’est-ce qui vous touche (ou vous rebute) ici ? De quoi pourriez-vous vous servir ? Ecoutez distraitement les discussions des personnes qui vous entourent. On ne sait jamais ce qu’une phrase, sans contexte, peut nous amener.

promenade

Une petite promenade ?

6) Préparez un système de récompenses

Vous avez besoin d’encouragements ? Songez à un système de récompense. Par exemple, si vous avez atteint un certain objectif quotidien, accordez-vous une heure de jeu vidéo ou un épisode de série.

7) La carotte ou le bâton

En lisant “No plot, No problem!” de Chris Baty, j’ai vu qu’il conseillait aux participants de préparer une punition s’ils ne réussissaient pas le NaNoWriMo. Pour cela, il faut préparer un chèque à une association qui défend des causes contre lesquelles vous êtes vraiment contre. Confiez le chèque à quelqu’un de confiance et dites-lui : “Si je ne réussis pas le NaNoWriMo, envoie ce chèque à l’association.”

Et maintenant, si vous ne voulez pas financer une cause que vous ne supportez pas, il ne vous reste plus qu’à écrire 50 000 mots.

Puisque je culpabilise assez toute seule à l’idée de ne pas terminer un objectif, je fonctionne autrement : je me prévois une grosse récompense si je réussis mon NaNoWriMo. Si je le termine, j’irai gratter à la porte d’illustratrices que j’aime beaucoup pour leur commander des illustrations des personnages principaux du roman. Je pourrais aussi m’offrir un jeu, partir en weekend, prendre des billets pour un concert… à vous de voir ce qui vous ferait plaisir comme cadeau !

8) Posez des congés si nécessaire

Il vous manque quelques mots et vous avez peur de ne pas arriver jusqu’au bout ?

Si vous en avez la possibilité, posez des jours de congés à la fin du mois pour vous rattraper.

9) Ne vous relisez pas durant le NaNoWriMo

Non, vraiment, faites ce que je dis.

Pas ce que je fais.

Sinon, vous perdrez du temps et vous ne serez pas forcément à l’aise avec ce que vous avez rédigé.

10) Ne vous comparez pas (trop) aux autres

Le site du NaNoWriMo vous donne la possibilité de comparer le nombre de mots que vous avez écrits à ceux de vos contacts.

J’évite de trop observer l’avancée de mes ami·e·s. Tout d’abord, parce que je sais que mon débit de mots à l’heure est plus faible que la moyenne (je l’ai remarqué durant les write-in). Ensuite, parce que cela me donne l’impression que je suis en confrontation avec les autres participant·e·s pour savoir qui écrira le plus et qui passera en premier la barre des 50 000 mots. Ce n’est pas pour moi.

Si, au contraire, ça vous donne du courage, allez-y !

Et après ?

Après le NaNoWriMo, vous pouvez vous accorder un moment pour vous reposer.

Vous pouvez décider de continuer pour finir votre histoire, si elle n’est pas terminée. Pour la correction, je laisse au moins un mois entre la rédaction et la première relecture, histoire d’avoir assez de recul.

Décembre est un très bon mois pour se reposer avec un bon chocolat chaud.

Vous avez d’autres conseils ? Vous pouvez les partager dans les commentaires ! 

Crédits photos : La photo de couverture de l’article est de Dustin Lee, la personne avec son smartphone est de Creativevix, la bibliothèque est de Tamás Mészáros.